Mathilde-44.jpg

« La puissance vocale de Mathilde Duval-Laplante [...] a ému à plusieurs reprises au  cours de la soirée »

« Salutations également à l’expressive chanteuse Mathilde Duval-Laplante qui a fait rire le public [...]. »

« La performance remarquable de Mathilde Duval-Laplante accompagnée d’Evelyn O’Farrill au ballet a certainement ému le public. [...]  Les artistes ont eu droit à une ovation et à de fortes exclamations de la part du public, vraisemblablement ému par la scène. »

« The superb cast [of  Une veuve joyeuse] […] kept the action going non-stop. […] They received a rousing ovation from the appreciative audience at the end of the final act. »

Biographie

Chanteuse, productrice, auteure-compositrice, Mathilde est une véritable femme-orchestre. Ayant appris à lire la musique avant son propre nom, le destin de cette artiste québécoise semblait scellé dès ses 4 ans, lors de son premier concert devant public, où elle sut qu’elle serait chanteuse ou rien d’autre. Malgré son urgence de faire ses preuves, Mathilde prit le temps de faire ses choix tout en ne perdant jamais de vue son rêve. 

Mathilde-37.jpg

Tout pour la musique 

Née le 31 mai 1996 à Québec, Mathilde Duval-Laplante est la fille des chanteurs lyriques Bruno Laplante et France Duval et la cadette d’une fratrie recomposée de quatre enfants, dont la pianiste Rosemarie Duval-Laplante. Très jeune encouragée à suivre des cours de piano, elle aimait se déguiser et se donner en spectacle. Un jour, ses parents la firent chanter pendant l’un de leurs concerts: révélant son incontestable talent musical et sa présence scénique, c’est à partir de ce moment qu’elle commença à chanter régulièrement en public, aux côtés de ses parents et de sa sœur. 

 

Une enfance en chapeaux de roue  

Les opportunités se succédèrent pour le quatuor vocal complice qui, pendant dix ans, réalisa des tournées avec orchestre, en France, au Japon, et des concerts dans toutes les salles du Québec. À 12 ans, Mathilde fut choisie parmi des centaines de candidats pour interpréter la chanson-thème des jeunes pour le 400e anniversaire de Québec. Cette expérience la fit s’intéresser aux auteurs-compositeurs-interprètes, comme Françoise Hardy et Charles Aznavour, ainsi qu’aux bêtes de scène comme Dalida, Taylor Swift, Lorie et Mylène Farmer, qui la fascinaient. Peu après, elle intégra le monde du cinéma en jouant le rôle de la jeune soprano dans Tryptique, un film de Pedro Pires et de l’incontournable metteur en scène Robert Lepage. 

 

C’est à l’adolescence qu’elle sentit que, malgré les voyages et les rencontres, elle n’avait rien vécu d’autre : si elle était heureuse de chanter, elle racontait toujours les histoires des autres, sans connaître la sienne. Par-dessus tout, elle avait envie d’écrire et de vivre loin de la pression de la performance. 

 

Des détours pour mieux arriver à soi-même

Décidée à s’affranchir, Mathilde quitta le Conservatoire. Elle flirta avec une carrière de journaliste, étudia l’histoire, s’expatria à Londres pour étudier le théâtre et y travailler comme gardienne d’enfants. À tout juste 19 ans, Mathilde avait quelques chansons en banque mais cherchait sa place, entre sa grande expérience de scène et son inexpérience de la vie. Il lui fallut trois ans de plus pour revenir à la musique, prête et déterminée à paver sa voie. S’enchaînèrent alors de prometteuses réalisations, dont l’obtention de son premier rôle à l’opéra (Valses de Vienne), une première place au Concours de musique du Canada et l’écriture de son premier album, le projet conceptuel L’Autre. Bloquée à l’étape des spectacles à cause de la pandémie mondiale, elle renoua avec le cinéma et produisit, en guise de long vidéoclip, un court-métrage éponyme qui obtint des récompenses internationales. 

 

Allergique aux étiquettes, elle œuvre désormais pour que sa voix de soprano se légitime dans d’autres genres musicaux que le classique. Avec son charisme de rockstar, c’est encore sur scène que l’artiste s’épanouit le mieux. En 2022, elle tiendra le rôle de Missia dans Une veuve joyeuse, une adaptation de l'oeuvre de Franz Lehàr produite par les Jeunesses Musicales du Canada. Audacieuse, Mathilde va toujours là où on ne l’attend pas, fusionnant les genres, innovant les formats, à l’instar de son parcours peu traditionnel. 

Logo_MDL_noir_cam_vide.png

Discographie

« L’Autre est un album concept voulant apaiser le deuil immense de la perte de l’innocence au cœur d’une pop complexe. Mathilde Duval-Laplante livre ici un album audacieux, précis et théâtral. »

Calq_noir.png

« Une variation de pop orchestrale avec une interprétation hautement théâtrale qui rappelle à la fois  la douce folie de Klô Pelgag et l’audace inspirée  par la grande Diane Dufresne. Le chant classique et le flair pour l’ambiance dramatique, autant du côté musical et le volet visuel du clip qui accompagne ce titre est tout à fait admirable. Une pièce qui ne peut laisser personne de glace ! »

« Nous sommes en présence d'un évènement. »

OPHÉLIA - 2018

GÉNÉRATION DÉCOLORÉE - 2017

QUÉBEC, 400 ANS - 2008
 

Galerie média

Événements à venir

Contact

N'hésitez pas à m'écrire !

Merci de votre visite.